le monastère | sessions de formation | musique psaltique | publications
construction de l'église | art sacré | images du monastère | informations | contact | liens
 
Musique psaltique


La musique byzantine est un système musical complet employant la riche palette des gammes de
l'orient méditerranéen pour la mise en valeur de textes bibliques et hymnographiques qui exprime magnifiquement la théologie des Pères de l'Eglise. Le Monastère de Cantauque pratique le chant byzantin non en grec comme on l'entend le plus fréquement mais en français.

La psaltique

La notation de la musique byzantine, la psaltique, découle du système d'accentuation grecque (oxeia, apostrophos...) qui a évolué au fil des siècles en neumes (signes descriptifs). Situés au-dessus du texte, ils accentuent musicalement les syllabes, c'est-à-dire leur confèrent l'intonation et l'expression qui leur conviennent. Les neumes, à la différence des notes occidentales fixées sur une portée, indiquent de simples variations de hauteur. Les "notes byzantines" ont donc une valeur relative, elles n'ont de sens que les unes par rapport aux autres. Elles s'agrègent en mouvements mélodiques qui varient selon les modes (quatre authentes et quatre plagaux) et les genres de musique.
Voir un exemple de notation du chant Cherouvikon.

L'interprétation

Une partition byzantine doit toujours être interprétée au delà de la stricte notation : celle-ci, conformément à la tradition orientale, est une simple ossature destinée à être habillée de multiples vibrations et énergies uniquement enseignées de maître à élève. A ce propos, la musique byzantine doit beaucoup à Simon KARAS et à son successeur Lycourgos ANGELOPOULOS. Effectivement, par un défaut dans la transmission orale, les chantres en étaient venus à supprimer peu à peu l'interprétation des neumes : les caractéristiques de la musique byzantine s'érodaient et étaient remplacées par des harmonisations, des variations d'intensité, des expression sentimentales, etc.. S. KARAS s'est investi dans un immense travail de musicologie afin de reconstituer les fondements théoriques de la musique byzantine. Et pour redonner toute sa dynamique à la ligne mélodique byzantine, il a réintroduit de nombreux signes de la notation ancienne.

L'ison (note continue de la basse)

L'ison est le seul accompagnement de la musique byzantine. Son placement relève de la théorie musicale puisque l'ison révèle et souligne la base du mode dans lequel la mélodie se déploie. Se faisant, il confère à celle-ci une couleur modale précise. L'ison a donc un rôle irremplaçable. D'autres traditions musicales monophoniques l'utilisent d'ailleurs (ex. la musique celte).

Morceaux choisis dans les différents genres de musique bysantine

1. Genre stichérarique. Pour le chant des stichères : hymnes intercalés dans des psaumes. Illustré par le Doxastikon de Pâques. Un des moments forts de l'année liturgique.
2. Genre papadique. Pour les hymnes de la Divine Liturgie (la Messe). Illustré par le Chérouvikon du ton 1. Il est chanté à la procession des Saints Dons (offertoire).
3. Le Polyéléos doit son nom au verset-refrain du ps.135 : "Car éternelle est sa miséricorde" (éléos en grec). Il est chanté au matin des grandes fêtes.

 
Calligraphie
  Cherouvikon  
 
Pour télécharger les extraits ou les morceaux, cliquer sur un titre avec le côté droit de la souris et "enregistrer la cible sous".
 
Nativité selon Jean Baptiste (mp3)
Extraits : Laudes 430 ko
  Cherouvikon 234 ko
  Polyeleos 128 ko
  Cathisme 333 ko
Morceaux entiers : Cherouvikon 6.5 mo
  Polyeleos 5.7 mo
Pâques (mp3)
Extraits : Venez prendre 206 ko
  Ode 9 460 ko
  Laudes et stichères 321 ko
  Doxa 360 ko
Morceaux entiers : Doxa 7.5 mo
détail de la fresque du cloître
español
english
français
www.monastere-cantauque.com